Une nouvelle question nous a été posée : quel apport doit-on mettre dans un investissement immobilier locatif ?

Tout dépend de votre trésorerie personnelle, de votre schéma fiscal, de votre volonté de cash-flow mensuel.

 

D’une manière générale, on considère que l’on doit mettre le minimum d’apport. La raison réside dans l’optimisation des effets de levier réalisé avec l’argent que la banque va vous prêter. Quand les performances battent le coût de l’argent, ce qui est toujours le cas des appartements IRIA, l’emprunt n’a pas de coût économique direct. De plus, les intérêts d’emprunt étant déductibles d’un point de vue fiscal, il n’y a pas de raison de mettre un apport important.

 

De manière simple, quand la banque vous prête de l’argent à 1,8% sur 20 ans par exemple, mais que la rentabilité nette d’exploitation de votre bien est autour de 5,7 %, on peut considérer que l’effort de trésorerie mensuel est nul si vous apportez les frais de notaire.

 

Si vous voulez un appartement autofinancé sans apporter de capital de départ, il vous faudra viser des biens qui ont des rentabilités un peu supérieures, de l’ordre de 6%. En pareil cas il n’y a donc pas d’intérêt à mettre trop d’apport.

 

Pour ceux qui le souhaite quand même, deux raisons peuvent être avancées:

  • L’apport peut vous permettre également de négocier votre crédit plus facilement, c’est un élément qui a parfois son importance.
  • L’apport peut permettre un cash flow positif, donc une forme de rente mensuelle même avec un crédit. Si d’un point de vue technique et fiscal ce n’est pas la meilleure option, il est quand même très agréable d’avoir cette rente tout en remboursant tranquillement un crédit avec des loyers.

IRIA analyse les situations de chacun pour “apporter la meilleure option d’apport” :).

Facebook
Facebook
YOUTUBE
LinkedIn