Le choix d’une acquisition dans l’ancien ou dans le neuf

C’est le retour des articles et des citations qui vont avec ! Aujourd’hui c’est Alfred de Musset qui nous l’offre : « Je puis délibérer et choisir, mais non revenir sur mes pas quand j’ai choisi. » C’est joliment dit et ça rappelle l’importance d’avoir les bons conseils et les bonnes infos sur les produits avant des les acquérir. Et ça, ça ne sera pas Alfred qui va vous les donner, c’est bien entendu IRIA, votre Créateur de Patrimoine !

Quand on veut investir, on entend de tout. Tout le monde a un avis, tout le monde connait quelqu’un qui a vu, fait ou dit quelques choses. C’est inévitable et s’y retrouver dans la masse d’info, parfois contradictoire n’est pas chose aisé. On va voir aujourd’hui les principales raisons d’acquérir de l’ancien ou du neuf, ce qu’on cherche et ce qu’on veut éviter.

LE NEUF


Quand on parle de « neuf », on sous-entend généralement une acquisition dans un but de défiscaliser, c’est à dire de diminuer son impôt sur les revenus par un dispositif de déduction. Et on enchaine très probablement sur le Pinel et on rentre alors dans les brumes des chiffres et des plafonds et on se perd vite dans les arcanes du sujet. On n’est pas la pour ça aujourd’hui (je me le note pour un prochain sujet) et on va rester plus en surface.

Le « Neuf » basiquement c’est quoi ? On parle d’un bien acheté sur plan et qui n’est donc pas encore construit ou finalisé. La livraison peut facilement être à 2 ans en fonction des lancements de projet. On a donc le temps de voir venir même si on signe au notaire et qu’on paye à intervalle régulier en fonction de l’avancé et de l’achèvement de la construction. Les biens sont tous aux dernières normes énergétiques et environnementales, offrant ainsi une qualité de vie et un impact écologique sans commune mesure avec les biens plus « anciens ». Ils sont généralement situé dans des endroits très attractifs que ce soit dans des cœurs de ville, des éco-quartiers ou encore des espaces plus en périphérie mais offrant un cadre de vie supérieur. Ils ont tous des parkings, souvent des garages, ce qui est toujours un gros plus.

Une fois cela dis, parlons argent : le neuf est cher, globalement 30% au dessus du marché « ancien ». Mais le « neuf » permet de défiscaliser, comprendre par la sans trop s’étendre que, au travers d’un mécanisme de réduction d’impôt, on peut faire une économie équivalente à presque 20% du prix du bien. Au final on s’y retrouve et même si le bien n’offre pas une rentabilité exceptionnelle, on n’est pas sur une mauvaise affaire. Cependant, vu qu’on parle de réduction de son impôt sur les revenus dans le temps, cela veut dire que pour bénéficier de l’avantage il faut quelques pré-requis. Premièrement : payer cet impôts (c’est évident) et ensuite qu’il soit assez élevé pour que ce soit pertinent comme opération. Deuxièmement : avoir une vision assez juste de son avenir et que sur la durée du Pinel (généralement 9 ans) on est peu de mouvement de ces parts fiscales ; donc pas de mariage ou de divorce ou d’enfant qui rentre ou sorte du ménage sous peine de possiblement minorer l’intérêt de la réduction.

L’ANCIEN

L’ »ancien » c’est facile à définir : c’est tout le reste ! On y trouve de tout, de toutes les formes et pour toutes les bourses. C’est donc à la fois dur à esquisser dans le détail ici mais je ne doute pas que vous avez saisie le propos.

L’ »ancien » sous entend généralement des diagnostiques lourdement chargés puisque les normes changent très régulièrement et pas mal de travaux. C’est deux points qui sont attendu et qui ne doivent pas effrayer, ça fait partie du charme de l’ »ancien ».

L’intérêt de l’ »ancien », pour nous chez IRIA, c’est d’y trouver de la rentabilité facilement finançable par les banques. On parle souvent de rentabilité chez IRIA, c’est la seule boussole qui nous guide dans nos investissements, je ferais donc assez courts ici. Ce qu’on cherche avec un investissement dans l’ »ancien » c’est pas forcément le bien le plus grand, le plus beau ou celui qui illuminera vos discussions en famille. Non. On cherche un bien au bon prix, au bon endroit, qui se louera très bien et qui nous permettra de dégager une belle rentabilité et une belle capitalisation. La différence de prix avec le « neuf » au moment de l’achat ou les loyers qui ne sont pas plafonnés comme le Pinel compensent le possible cout des travaux. Tout se calcule bien sur et on peut acheter de l’ »ancien » dans une optique Patrimoniale, mais l’argument prépondérant restera celui la : l’ »ancien » s’il est bien trouvé, offre une plus grande rentabilité.

Pour conclure

Comparer le « neuf » et l’ »ancien », beaucoup si amusent, mais on comprend vite que ça n’a pas plus de sens que de comparer des vis et des boulons. On est sur deux propositions qui ont toutes les deux leurs intérêts mais qui ne peuvent pas convenir à tout le monde. Ça va dépendre de vos revenus, de vos attentes et de vos projets pour le futur. L’important c’est d’avoir un conseil fiable et qui, justement, vous aidera à y discerner quelques choses dans toutes les propositions que le marché offre.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous si vous souhaitez plus d’infos sur ces éléments ou si vous souhaitez être accompagné dans vos démarches. Nous sommes la pour vous aider.

Roch

YOUTUBE
LinkedIn
Share